Le Supplice du santal

Mo Yan

Traduit par Chantal Chen-Andro

Date de parution 20/04/2006

Cadre vert

552 pages - 25.40 € TTC

En 1900, une révolte éclate sur le chantier de la voie ferrée construite par les Allemands à travers le Shangdong. Autour de Meiniang, la plus belle fille du canton de Gaomi, se nouent les destins de quatre hommes : son père Sun Bing, chanteur d’opéra traditionnel à voix de chat et héros rebelle, son mari Petit-Jia, boucher stupide et rêveur, son amant le sous-préfet Qian Ding et son beau-père Zhao Jia, bourreau officiel, dignitaire de l’Empire. Le sous-préfet est contraint d’arrêter le chanteur rebelle et de le livrer à la plus cruelle des tortures, le supplice du pal de santal. Parce qu’il considère cette mise à mort comme le couronnement de sa carrière, le bourreau Zhao Jia met tout son soin à la préparer, rappelant à son souvenir toutes les sentences qu’il a exécutées, mettant en scène le dernier spectacle.


Bâti comme un opéra classique, lyrique et virtuose, ce livre des supplices dépeint les derniers feux de l’univers traditionnel chinois. La mort de l’empire Qing méritait ce traitement grandiose. Dans un savoureux mélange de violence et de tendresse, d’humour féroce, de truculence et de noirceur, se découvre à nouveau le goût prononcé de Mo Yan pour les jeux de contraste. Son art est renouvelé de plus belle, plus affirmé que jamais. Il allie, avec un brio extraordinaire, la profondeur d’une réflexion universelle et la modernité d’une forme littéraire surprenante.


Mo Yan

Mo Yan, né dans le Shangdong en 1955, a reçu le prix Nobel de littérature en 2012. Une douzaine de ses romans et nouvelles sont traduits en français et publiés au Seuil dont Beaux seins, belles fesses (2004), Le Maître a de plus en plus d’humour (2005), Quarante et un coups de canon (2008), La Dure Loi du karma (2009), Grenouilles (2011) et Le Veau suivi de Le Coureur de fond (2012).