Une histoire de la violence

Robert Muchembled

Date de parution 21/08/2008

L'Univers historique

512 pages - 21.50 € TTC

L’actualité place sans cesse la violence sur le devant de la scène. Thème important pour les sociologues et les politiques, elle est aussi un objet d'histoire. À rebours du sentiment dominant, Robert Muchembled montre que la brutalité et l’homicide connaissent une baisse constante depuis le XIIIe siècle. La théorie d'une « civilisation des mœurs », d'un apprivoisement, voire d'une sublimation progressive de la violence paraît donc fondée.

Comment expliquer cette incontestable régression de l’agressivité ? Quels mécanismes l’Europe a-t-elle réussi à mettre en œuvre pour juguler la violence ? Un contrôle social de plus en plus étroit des adolescents mâles et célibataires, doublé d’une éducation coercitive des mêmes classes d’âge fournissent les éléments centraux de l’explication.

Progressivement, la violence masculine disparaît de l’espace public pour se concentrer dans la sphère domestique, tandis qu’une vaste littérature populaire, ancêtre des médias de masse actuels, se voit chargée d’un rôle cathartique : ce sont les duels des Trois Mousquetaires ou de Pardaillan, mais aussi, dans le genre policier inventé au XIXe siècle, les crimes extraordinaires de Fantômas qui ont désormais à charge de traduire les pulsions violentes.

Les premières années du XXIe siècle semblent toutefois inaugurer une vigoureuse résurgence de la violence, notamment de la part des « jeunes de banlieues ».

L’homme redeviendrait-il un loup pour l’homme ?


Robert Muchembled


Professeur à l’université de Paris-Nord, Visiting Professor à l’université du Michigan à Ann Arbor, ancien membre de l’Institute for Advanced Study de Princeton, il a écrit plus de vingt ouvrages traduits en une vingtaine de langues. Il a notamment publié, au Seuil, Une histoire du diable (2000) et L’Orgasme et l’Occident (2005).