Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Ce numéro explore un paradoxe inhérent à la notion de pauvreté : sa complexité analytique est en réalité étouffée par son omniprésence dans le débat public, et diluée par l’apparente banalité du phénomène. En s'intéressant successivement à des figures de la pauvreté et aux processus qui la produisent, les contributions rassemblées sous la direction de Nicolas Duvoux et de Jacques Rodriguez font apparaître comment la lutte contre la pauvreté, qui est affichée comme orientation politique explicite, tant par les gouvernements nationaux que par les institutions internationales, occulte l'hétérogénéité du phénomène et s’accommode de la reproduction, voire de l’augmentation des inégalités.
Parler des « pauvretés » c’est tenter de restituer la complexité du phénomène au-delà des représentations dominantes, qui assimilent souvent les pauvres aux « clients » de l’administration sociale, et au-delà, aussi, des hésitations du vocabulaire, dès lors que les notions de précarité, de marginalité ou de vulnérabilité – et les cadres théoriques sur lesquels elles sont adossées – rencontrent un succès grandissant dans le débat public. De fait, la pauvreté constitue à nouveau un enjeu majeur dans des sociétés comme les nôtres, marquées en particulier par une forte croissance des inégalités économiques et sociales. Plus exactement, son éclipse historique, sur laquelle les démocraties modernes ont fondé leurs espoirs puis leur légitimité, s’achève aujourd’hui avec l’avènement d’un nouveau capitalisme – entendu à la fois comme ensemble de croyances et comme système d’action – qui bouleverse non seulement les modes de production, mais encore les modes de protection.
Utiliser le pluriel et choisir d’explorer les multiples dimensions du phénomène, visibles et invisibles, permet de souligner que la pauvreté n’est pas seulement un défi pour les sciences sociales, qui peinent à en rendre compte, encore moins une catégorie dépassée, renvoyant à une réalité historique révolue. La première partie du numéro explore ainsi des figures de la pauvreté irréductibles aux cadres qui prétendent en rendre compte. Cette pluralité de figures n'est cependant pas une juxtaposition accidentelle. Si la diversité des figures de la pauvreté ne doit pas être écrasée par les cadres d'analyse utilisés pour la penser, elle est le produit de mécanismes qui contribuent à sa neutralisation. C’est l’objet de la seconde partie du numéro.

Numéro dirigé par Nicolas Duvoux et Jacques Rodriguez

Nicolas Duvoux et Jacques Rodriguez
La pauvreté insaisissable

FIGURES

Nicolas Roinsard
Les trois âges de la pauvreté postcoloniale

Claire-Sophie Roi
Vivre le manque en Picardie

Nicolas Duvoux
Les oubliées du rêve américain

Matthew Desmond
Liens jetables et pauvreté urbaine

Bruno Cousin
Les habitants des quartiers refondés face à l'injustice spatiale

Axelle Brodiez-Dolino
Figures de la pauvreté sous la IIIe République

PROCESSUS

Jacques Rodriguez et Jean-Michel Wachsberger
La neutralisation politique de la pauvreté

Serge Paugam
La perception de la pauvreté sous l'angle de la théorie de l'attachement

Didier Fassin
Une anthropologie politique et morale de la question sociale

Hélène Périvier
La pauvreté au prisme du genre

Michel Agier
Le maléfice de la race et le corps de l'indésirable

Revues
Communications
Communications
Date de parution 06/05/2016
16.00 € TTC
200 pages
EAN 9782021295658

Vous aimerez aussi

 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer
Fermer