Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

La Mezzanine, le dernier récit de Catarina Quia

Le roman traditionnel a longtemps puisé dans le réel vécu de ses auteurs, le racontant, le transposant, le dissimulant, le triturant, le torturant, le sublimant. Cela s’est fait, et continue à se faire de nos jours, d’innombrables manières.
La narratrice de La Mezzanine, Catarina Quia, a joué, elle, « franc jeu ». Elle n’a rien censuré ou déformé des circonstances terribles dont elle entreprenait, par la fiction, de se libérer. L’audace est grande, avant tout formelle : ne pas dissimuler le contexte proprement infernal de la composition.
[…] Comme dans le roman médiéval, les noms des personnages sont lourds de sens. Le nom du personnage principal, surtout s’il envahit le titre, pèse. Le lecteur le reçoit en pleine lecture et ses yeux s’y heurtent sur les pages. Il est impossible de ne pas s’émerveiller de son étrangeté, de sa singularité.
« Quia ». Qu’est-ce que ce nom ? Il est prélevé tel quel d’un mot latin ; dont le sens est « parce que ». Catarina Quia est l’auteur « parce que ».
Peut-être « parce qu’il en est ainsi ». Peut-être : « parce qu’elle s’explique ».
[…] La Mezzanine. Le dernier récit de Catarina Quia est une étrange, une surprenante, une paradoxale réussite.


Jacques Roubaud

Le roman traditionnel a longtemps puisé dans le réel vécu de ses auteurs, le racontant, le transposant, le dissimulant, le triturant, le torturant, le sublimant. Cela s’est fait, et continue à se faire de nos jours, d’innombrables manières.
La narratrice de La Mezzanine, Catarina Quia, a joué, elle, « franc jeu ». Elle n’a rien censuré ou déformé des circonstances terribles dont elle entreprenait, par la fiction, de se libérer. L’audace est grande, avant tout formelle : ne pas dissimuler le contexte proprement infernal de la composition.
[…] Comme dans le roman médiéval, les noms des personnages sont lourds de sens. Le nom du personnage principal, surtout s’il envahit le titre, pèse. Le lecteur le reçoit en pleine lecture et ses yeux s’y heurtent sur les pages. Il est impossible de ne pas s’émerveiller de son étrangeté, de sa singularité.
« Quia ». Qu’est-ce que ce nom ? Il est prélevé tel quel d’un mot latin ; dont le sens est « parce que ». Catarina Quia est l’auteur « parce que ».
Peut-être « parce qu’il en est ainsi ». Peut-être : « parce qu’elle s’explique ».
[…] La Mezzanine. Le dernier récit de Catarina Quia est une étrange, une surprenante, une paradoxale réussite.


Jacques Roubaud

Littérature française
Romans
La Librairie du XXIe siècle
Date de parution 02/05/2019
22.00 € TTC
288 pages
EAN 9782021414936

Vous aimerez aussi

 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer
Fermer