Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Latin or not latin. Comment dire la messe

Soucieux de mettre un terme au schisme entre Rome et les catholiques intégristes, Benoît XVI semble disposé à autoriser plus largement qu’aujourd’hui la célébration de la messe en latin, selon le missel de saint Pie V, en vigueur jusqu’en 1969. Les critiques exprimées, principalement, en France, montrent que quarante ans après le concile Vatican II, dix-huit ans après la rupture provoquée par Mgr Lefebvre, les plaies restent vives au sein de l’Eglise, et le débat sur les questions liturgiques toujours aussi sensible.

L’enjeu, en effet, n’est pas uniquement la langue utilisée dans la célébration, mais la conception de la messe (repas ou sacrifice ?), celle de l’Eglise et de sa place dans le monde. En s’attaquant à ce dossier, Benoît XVI veut favoriser l’unité en réintégrant les prêtres et les fidèles ayant rompu avec le Vatican. Hostile à un retour en arrière, mais refusant toute expérimentation hasardeuse, il entend aussi inviter les catholiques à mieux comprendre le sens de la liturgie, notamment par un application plus fidèle de la réforme voulue par Vatican II. La question de la messe, en latin ou pas, est donc pleinement une question de foi.


Guillaume Tabard est rédacteur en chef adjoint au Figaro. Il est responsable de la communauté Aïn Karem.

Sciences humaines
Religions / Spiritualités
Date de parution 01/03/2007
10.10 € TTC
128 pages
EAN 9782020943130
Disponible en version numérique
E-Pub
6.99 € TTC
EAN 9782021007503

Vous aimerez aussi

 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer
Fermer