Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Le Meilleur des Achéens. La fabrique du héros dans la poésie grecque archaïque

On peut, on doit lire le livre de Gregory Nagy d'abord pour ce qu'il est : un trajet dans le vaste monde de l'épopée, puisqu'une poésie qui se veut analogue à l'univers est diverse, riche et complexe comme un monde. Et Le Meilleur des Achéens est, en effet, à soi seul, un monde : tout à la fois enquête sur une intrigue (celle de l'Iliade), construction d'une tradition épique multiforme, et dérive contrôlée tout au long des chaînes signifiantes qui s'imposent au poète avec la nécessité propre à la diction formulaire.

Mais si Le Meilleur des Achéens traite de la colère d'Achille et de la tradition épique, ce sont les mots, ou plutôt les noms (onoma désigne le mot comme nom), qui «assument l'essentiel». Car les noms appellent le récit - ainsi que l'atteste le nom d'Achille, déchiffré comme désignant celui qui apporte de la souffrance (akhos) à son peuple en armes (le laos des Achéens) - et chaque «nom» en appelle quelques autres, toujours les mêmes, groupés en des formules auxquelles président conjointement la loi de la nécessité et celle de la variation. N. L.

Sciences humaines
Divers
Des Travaux
Date de parution 05/01/1994
31.70 € TTC
448 pages
EAN 9782020128230

Vous aimerez aussi

 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer
Fermer