Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Louve basse

J’ai commencé d’écrire Louve basse fin 72, quelques mois après un premier texte en prose, Artaud refait, tous refaits !, en grande partie fabriqué au magnétophone – et le seul à se retrouver ici non retravaillé. J’annonçai en même temps, en publiant Le Mécrit, la fin d’une démonstration appliquée jusqu’alors à la seule pratique poétique : à savoir que la poésie était une lande pelée où le langage ne soufflait plus qu’à « mots couverts », que ses différents fermiers s’y gelaient le cul, que les rats se mettaient à y pisser partout.

Pendant deux ans, je publiai divers morceaux de Louve basse, comptant sur l’événement pour faire « prendre »le discours, mordant sur la tranche d’angoisse qu’on tient généralement à distance, assemblant en moi comme une figure furieuse de chien et occupé à déterrer peu à peu l’objet d’un plus fort désir : un os à ronger « toujours », mon os de mort sur quoi je m’excitai à fond. Je lus beaucoup, visitant des cimetières et accumulant comme un chien – ce dont la louve n’est que l’avatar déplacé et asymbolique.

J’examinai, aussi, de façon obscène, la littérature (Louve basse, dans son projet initial, devait s’appeler La Femme et la prose), repensant vaguement au Cymbalum mundi qu’on avait brûlé en place publique parce que Bonaventure Des Périers y faisait tenir des propos philosophiques par des chiens. En fin de compte, rien ne me parut vraiment irréductible à la vocifération humaine généralisée, par quoi la Mort ne cessait de m’asticoter, et l’écriture de m’envahir.

Au printemps 74, d’accord avec le jésuite Spiegel qui disait que les « fesses ont été données à l’homme pour qu’étant commodément assis, il puisse se livrer à son aise à l’étude des choses divines », je disposai autour de ma machine à écrire les 4 à 500 feuillets de ce que j’appelais mon « ensemble rongeur » et j’y allai une dernière fois, dans une langue de vent violent où j’eus beaucoup de peine à ne pas être tué, agité d’un vaste désespoir de danse, de musique et de nudité.

Denis Roche

Littérature française
Romans
Fiction et Cie
Date de parution 01/02/1976
15.90 € TTC
240 pages
EAN 9782020043311
Disponible en version numérique
E-Pub
11.99 € TTC
EAN 9782021342369
 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer

acheter ce livre

À côté de chez moi

Cliquez pour trouver la librairie la plus proche de chez vous.

Parislibrairies.fr Placedeslibraires.fr

Sur internet

Cliquez sur le lien de votre choix.

Fermer

acheter ce livre

Sur internet

Cliquez sur le lien de votre choix.

Fermer
Fermer