Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

En 1970, le chancelier allemand Willy Brandt s’agenouillait devant le mémorial du ghetto juif de Varsovie.

En 1986, les États-Unis ont fait des excuses aux citoyens américains d’origine japonaise internés collectivement après l’attaque sur Pearl Harbor (1941).

En 1990, l’URSS reconnaissait que les massacres de Katyn (1940) perpétrés contre des milliers d’officiers polonais avaient été commis par le régime stalinien.

En 1993, par la déclaration de Kono, le Japon présentait des excuses à la Corée pour l’usage forcé durant la Seconde Guerre mondiale de plusieurs centaines de milliers de « femmes de confort ».

En 2010, le Premier ministre britannique, David Cameron, s’excusait en Irlande parce que lors du Bloody Sunday (1972), les forces de l’ordre britanniques avaient tiré sur une manifestation pacifique de catholiques.

Tous ces États admettent leur responsabilité. Seule la Turquie, qui s’est fondée sur un crime de masse, présente un siècle après les faits ses condoléances aux « petits-enfants » des victimes en omettant de mentionner que l’anéantissement de la population arménienne a été organisé par le gouvernement jeune-turc.

Livre de référence organisé chronologiquement, le Mémorial a pour ambition de refléter la totalité des connaissances actuelles sur le génocide des Arméniens. Accompagné de photos, de cartes et de tableaux, il rassemble des centaines de textes de l’époque, officiels ou privés, accompagnés des commentaires et analyses des auteurs.


Préface de Gérard Chaliand

Documents
Documents
Date de parution 06/11/2014
30.00 € TTC
512 pages
EAN 9782021139402
Disponible en version numérique
E-Pub
21.99 € TTC
EAN 9782021139426

Vous aimerez aussi

 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer
Fermer