Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Tu seras mon couteau

Le Vent jaune :

«Un témoignage sur la tragédie israélo-arabe superbement écrit, non sous l’angle des politiciens, mais de celui des gens ordinaires qui la vivent. L'œuvre d'un écrivain passionnément honnête, qui ne craint pas de poser de terribles questions. »

Nadine Gordimer, New-York Review of Books


Voir ci-dessous amour :

« Dans quelques livres mythiques comme Le bruit et la fureur de Faulkner, Le tambour de Günter Grass, Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez, de grandes visions de l'histoire nous sont racontées de manière nouvelle. Il se pourrait que Voir ci-dessous : Amour soit le digne héritier de cette lignée brève mais impressionnante. »

Edmund White, New-York Times Book Review


Le Livre de la grammaire intérieure :

« Un merveilleux roman initiatique, où se débat un lointain cousin du Petit Chose en quête du paradis sous le mur des Lamentations. Du rire, des larmes, une giboulée de sensations, Grossman ne cesse d’enchanter et d’émouvoir. »

André Clavel, L’Événement du Jeudi

Le Sourire de l’agneau :

« Mêlant la compassion et la sagesse du moraliste à une véritable imagination créatrice, ce livre mérite de toucher le public le plus large possible. »

Robert Fisk, Independent


Les Exilés de la terre promise :

« A chacun de ses livres, David Grossman tente de percer le mur du mépris. A l’heure où les peuples juif et palestinien sont censés “faire la paix”, il fait œuvre salutaire. »

Pierre Haski, Libération


L’Enfant zigzag :

« Ce livre est imprégné d’une tendre, d’une pétillante liberté, et de cette malice vagabonde qui déserte trop souvent notre paysage littéraire. En bref David Grossman nous rend heureux. C’est tout ? C’est tout. »

Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur

Une femme fuyant l’annonce :

« Un livre d’une force et d’une intensité extraordinaires, c’est LE chef-d’œuvre de David Grossman. Flaubert a créé son Emma, Tolstoï son Anna, et à présent Grossman a son Ora – un être pleinement vivant, parfaitement incarné. J’ai dévoré ce long roman dans une sorte de transe fiévreuse. Sidérant, magnifique, inoubliable. »

Paul Auster


Littérature étrangère
Romans
Cadre vert
Date de parution 25/08/2000
22.30 € TTC
336 pages
EAN 9782020360906
 

Envoyer par mail

envoyer
Fermer

Envoyer par mail

Partage correctement effectué. Fermer

acheter ce livre

À côté de chez moi

Cliquez pour trouver la librairie la plus proche de chez vous.

Parislibrairies.fr Placedeslibraires.fr

Sur internet

Cliquez sur le lien de votre choix.

Fermer

acheter ce livre

Sur internet

Cliquez sur le lien de votre choix.

Fermer
Fermer