Paru le 04/05/1993

Céline, Genet, Sade, Mishima, Jouhandeau, Adamov…, ces écrivains illustres réalisent, dans la construction de leur œuvre aussi bien que dans leur vie, ce qu’est la position perverse. Au-delà de ses manifestations externes, celle-ci consiste en un véritable engagement. Engagement, voire revendication d’un rapport singulier au désir, à l’autre, à la jouissance et au plaisir. Dany, Blaise, Rose, Violette, Marc, Philippe et Charles, qui ont voulu me confier leur parole la plus intime au long de l’aventure psychanalytique, témoignent eux aussi de ce virage par lequel la souffrance devient source d’une démonstration. Démonstration de ce que la perversion, quelle qu’elle soit, constitue l’une des trois façons pour le sujet humain de trouver une solution à son existence : névrose, psychose ou perversion. Se laisser interroger par leur discours implique d’être soi-même pris à partie au point le plus radical. Comment désirons-nous ? Osons-nous jouir ? Savons-nous ce qu’est le plaisir ? Et toutes les autres questions que nous recouvrons habituellement de nos préjugés et de notre croyance en une normalité. Face au pervers, le psychanalyste est particulièrement exposé à se trouver ainsi soumis à la question et confronté au fantasme qui, comme tout un chacun, le dirige. Qu’il le sache est peut-être un progrès. Peut-être. La dérive pathétique d’un Ferenczi prouve, en tout cas, que ne pas le savoir peut mener loin. Mais, après tout, que désire le psychanalyste ? S.A.


Serge André, psychanalyste à Bruxelles, membre de l’École de la cause freudienne, a publié précédemment Que veut une femme ?

Sciences humaines
Psychanalyse / Psychologie
Collection : Champ Freudien
Format : Broché
Pages : 432
EAN : 9782020195980 25.40 € TTC
Disponible en version numérique
Format : E-Pub
17.99 € TTC
EAN : 9782021315400