Se connecter à son espace pro

Se connecter

s’inscrire à l’espace pro

s’inscrire
Fermer
Votre inscription a bien été enregistrée. Fermer
Merci, votre inscription a bien été enregistrée.
Fermer
 

Michel Crozier

Michel Crozier est né le 6 novembre 1922 à Sainte Menehould (Marne). Diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, Docteur en droit, Docteur d’Etat ès Lettres, il est boursier des relations culturelles aux Etats-Unis (1947-1948), et ramène de son séjour un ouvrage sur les syndicats ouvriers américains. Entré au C.N.R.S. en 1952 dans la section de sociologie, il y anime un groupe de recherches sur le fonctionnnement des organisations et dirige une dizaine d'enquêtes dans des administrations publiques, des compagnies d'assurances, une banque, une entreprise industrielle. Cofondateur des revues scientifiques, Sociologie du Travail et les archives Européennes de Sociologie, il publie des articles dans les Temps Modernes et dans Esprit.
Michel Crozier commence à élaborer sa théorie générale de la bureaucratie en 1960, au cours d'un second séjour aux Etats-Unis, où il est l'invité de la Fondation Ford.

Fellow du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences de l’Université de Stanford (1959-1960) (1973-1974), Professeur de Sociologie à Harvard (1966-1967) (1968-1970) (1980), Professeur à Ecole des Sciences Sociales de l’Université de Californie à Irvine (1982-1989), Professeur de Sociologie à l’Université de Nanterre (1967-1968), Directeur de Recherche au CNRS, Directeur du CSO (1961-1993), Conseiller Scientifique au Cabinet International de Management SMG (depuis 1993), Membre du Conseil de Surveillance du groupe Express (1971), Président de la Société Française de Sociologie (1970-1972), Directeur du Cycle Supérieur de Sociologie de l’IEP de Paris (1975-1992), Membre du Comité Directeur du Club Jean Moulin (1960-1970), Fondateur du CSO, Membre de l’Institut (Académie des Sciences Morales et Politiques, depuis 1999), Officier de la Légion d’Honneur, Commandeur de l’Ordre National du Mérite, Prix Tocqueville pour l’ensemble de son œuvre (1997).






Le Phénomène bureaucratique

Conseil de lecture